DÉTOURS / CRITIQUES

Cette rubrique propose un regard critique sur des films qui ont marqué l’actualité du documentaire mais aussi sur les enjeux politiques ou technologiques qui appellent et questionnent le renouvellement du fond et de la forme documentaire.

agente2.png

El Agente Topo, de Maite Alberdi 

 

L’édition 2021 du FIPADOC s’est tenue en deux temps. Après une mise en ligne réussie du festival en janvier, les films de la sélection ont été projetés en salle à Biarritz entre le 12 et le 17 juin 2021.
Cette année, impossible de ne pas remarquer le film El Agente Topo, documentaire de la cinéaste chilienne Maite Alberdi, l’un des films qui a marqué les plus grands festivals de l’année 2020 comme Sundance, IDFA ou encore les Oscars.

Sans titre.png

Radiograph of a Family,

de Firouzeh Khosrovani 

 

Avec Radiograph of a Family, double lauréat à l’IDFA 2020 (Prix du meilleur long métrage documentaire et de la meilleure utilisation des archives), la cinéaste iranienne Firouzeh Khosrovani réalise sans aucun doute son film le plus personnel. Fille d’un père laïc adepte du mode de vie occidental et d’une mère qui bascule avec la révolution dans la dévotion religieuse la plus totale, elle livre la chronique d’une histoire familiale tiraillée entre tradition et modernité, à l’image de la société iranienne.

Sans titre.png

The Human Factor, Dror Moreh

Autopsie d'un échec américain

 

Sept ans après Israel Confidential (The Gatekeepers dans sa version anglaise), nommé aux Oscars en 2012, le cinéaste israélien Dror Moreh remporte le Grand Prix du Documentaire International du FIPADOC avec The Human Factor, un film au souffle puissant qui s’inscrit par de multiples aspects dans sa continuité.

_GoldenEggProduction.jpg

Putin's Witnesses, Vitaly Mansky

Grand Prix du FIPADOC 2019

 

Lauréat du Grand Prix parmi une remarquable sélection de documentaires internationaux, le film du réalisateur russe Vitaly Mansky livre sur la fabrique médiatique du président Vladimir Poutine lors de son arrivée au pouvoir un regard d’autant plus amer qu’il en a non seulement été le témoin, mais également l’un des acteurs principaux.

The Real Thing, Benoit Felici

Le monde à sa porte

 

Le temps d'une balade entre réel et imaginaire, le documentaire The Real Thing, réalisé par Benoit Felici, invite à explorer le monde à travers ses simulacres architecturaux. En Chine, en Inde ou en Côte d'Ivoire, les répliques de monuments et de villes comme Paris, Londres ou Venise sont devenus des lieux de vie. À travers la réalité qui se joue dans ces lieux artificiels, le film projette le spectateur dans un rêve à la lisière du vrai et du faux.

The Real Thing, Benoit Felici

Le monde à sa porte

 

Le temps d'une balade entre réel et imaginaire, le documentaire The Real Thing, réalisé par Benoit Felici, invite à explorer le monde à travers ses simulacres architecturaux. En Chine, en Inde ou en Côte d'Ivoire, les répliques de monuments et de villes comme Paris, Londres ou Venise sont devenus des lieux de vie. À travers la réalité qui se joue dans ces lieux artificiels, le film projette le spectateur dans un rêve à la lisière du vrai et du faux.

Stronger than a Bullet, Maryam Ebrahimi

Dans l'engrenage de la propagande islamique

 

Stronger than a Bullet est le second film de la réalisatrice suédoise d’origine iranienne Maryam Ebrahimi, déjà remarquée pour son documentaire tourné dans une prison de femmes en Afghanistan (No Burqas Behind Bars, 2012). Le film aborde l’instrumentalisation politico-religieuse de la figure du martyr. Il suit le voyage de Saied Sadeghi, l’un des plus importants photographes de la guerre menée en Iran contre l’Irak, entre 1980 et 1988. Une guerre totale et déterminante pour comprendre les lignes de fractures actuelles au Moyen-Orient.

Enquête au paradis, Merzak Allouache

La bataille de la culture

 

Depuis Omar Gatlato (1976), son premier film qui racontait le quotidien d’un Algérois désinvolte et amoureux dans l’atmosphère de fin de règne de Boumédiène, le cinéaste Merzak Allouache explore les mutations d’une société algérienne en prise avec son histoire tourmentée. Bab El-Oued City (1994) dénonçait la dérive intégriste au lendemain du premier soulèvement du monde arabe en 1988, Le Repenti (2012) décrivait le retour d’un terroriste dans son village...